Les rues de Cormeilles hier et aujourd’hui

Remontons le temps et promenons-nous dans les rues de la ville, à travers des images d’archives et des photos de Cormeilles de nos jours.

L’article sera complété régulièrement par de nouvelles rues.

 

Rue du Martray

© Archives municipales_9Fi149/Ville de Cormeilles

Le quartier du Martray est très ancien et a été habité dès le haut Moyen-Âge.

Le nom Martray vient de "Martroi" ou "Martroy" qui désignait le lieu du cimetière, puis par la suite, la place publique où avaient lieu les exécutions capitales.

Des fouilles archéologiques menées depuis le XIXe siècle ont permis d’établir l’existence d’une nécropole mérovingienne au Martray (VIIe siècle). Le village de Cormeilles était donc probablement situé au Martray avant de se déplacer plus tard vers l’actuelle rue Gabriel Péri lors de la construction de l’église Saint-Martin (milieu du XIIe siècle).

Plusieurs personnalités y ont habité, comme l’égyptologue Georges Daressy, ou encore le résistant Paul Leboucher, qui a vécu avec sa famille au numéro 10 de la rue.

Dans les années 1950, le Comité Zemgor crée une maison de retraite (aujourd’hui résidence médicalisée) rue du Martray, à l’emplacement d’une vaste propriété appartenant aux religieuses bénédictines du monastère Sainte-Françoise-Romaine.

>> Lire l’article complet sur la rue du Martray dans le Cormeilles mag n°251 (été 2021), p.17.

 

Rue des Boizerts

© Archives municipales/Ville de Cormeilles

La rue des Boizerts relie aujourd’hui la route d’Argenteuil à la rue de la République.

Le nom de Boizerts viendrait d’un ancien bois, "Bois Ars", sur un document de 1518 ce qui signifie "Bois brûlés". Il s’agit d’un ancien lieu-dit figurant sur les plans de Cormeilles dès le XVIIIe siècle.

En 1936, le conseil municipal décide de l’alignement et du classement de la rue des Boizerts dans la voirie publique. En 1960, le foyer Sonacotra est édifié le long de cette voie afin de loger les travailleurs algériens.

Dans les années 1960, d’importants travaux de mise en viabilité et de voirie sont effectués pour répondre à l’accroissement de la circulation automobile dans ce quartier.

>> Lire l’article complet sur la route d'Argenteuil dans le Cormeilles mag n°250 (juin 2021), p.17.

 

Route d'Argenteuil

© Archives municipales_9Fi481/Ville de Cormeilles

La route d’Argenteuil relie aujourd’hui le rond-point du 8 mai à la commune d’Argenteuil en traversant le quartier du Noyer de l’Image.

Son histoire est liée à celle du quartier de la carrière dont elle est l’axe principal depuis le début de l’exploitation par la famille Lambert en 1832. En 1883, deux bandes de pavés sont insérées dans la chaussée afin de faciliter la circulation des convois, notamment ceux de matériaux de l’usine Lambert. Ce n’est que dans les années 1930 que la route d’Argenteuil sera totalement pavée.

De chaque côté de la route, se trouvent les cités ouvrières Lambert, des commerces et de nombreux cafés qui contribuent à l’animation du quartier.

Dans les années 1990, la physionomie du quartier et les abords de la route d’Argenteuil évoluent. De nouveaux logements et équipements publics sont construits, comme l’école et la crèche du Noyer de l’Image inaugurées en 2001.

>> Lire l’article complet sur la route d'Argenteuil dans le Cormeilles mag n°249 (mai 2021), p.5.

 

 

Avenue Maurice Berteaux

© Archives municipales_9Fi529/Ville de Cormeilles

En 1908, le conseil municipal décide de créer une voie nouvelle reliant la rue Thibault Chabrand à la rue Froidure (actuelle rue Pierre Brossolette) afin de donner un accès direct à la mairie et de desservir les écoles communales en construction. L’école de filles (actuelle Maurice Berteaux 2) est ouverte en 1909, l’école de garçons (actuelle MB1) en 1913.

Cette nouvelle voie est d’abord dénommée avenue de la Mairie ou boulevard des Écoles. En 1911, elle prend le nom de Maurice Berteaux, afin de rendre hommage à l’homme politique de la IIIe République décédé en mai.

Dix ans plus tard, en 1921, le marché communal s’installe le long de l’avenue.

>> Lire l’article complet sur l'avenue Maurice Berteaux dans le Cormeilles mag n°248 (avril 2021), p.5.

 

Rue de Saint-Germain

© Archives municipales_9fi420/Ville de Cormeilles

La rue de Saint-Germain relie aujourd’hui la RD 392 à la commune de Sartrouville.

On aperçoit sur la carte postale deux des maisons les plus anciennes de la rue, situées juste derrière le pont de chemin de fer. Elles sont construites au début du 20e siècle au moment du développement du quartier de la gare. Ces deux villas Belle Époque sont édifiées par des propriétaires parisiens qui souhaitent profiter de la campagne tout en restant à proximité de Paris.

A droite se trouve la villa « les Ravenelles », construite en 1902 par l’architecte argenteuillais Jacques Defresne (1848-1936). A gauche, la « villa Suzanne », de style Art nouveau, est édifiée vers 1904-1905 pour Théodule Caillat, un boulanger parisien, et porte le prénom de sa fille née en 1899.

>> Lire l’article complet sur la rue de Saint-Germain dans le Cormeilles mag n°247 (mars 2021), p.5.

 

Rue Gabriel Péri

© Archives municipales_9Fi234/Ville de Cormeilles

La rue Gabriel Péri est l’une des plus anciennes rues de Cormeilles et l’axe principal du village depuis le Moyen Âge.

En 1787, c’est dans cette rue,  au  numéro  105,  qu’est  né  Louis  Jacques Mandé Daguerre, co-inventeur de la photographie.

Elle est la première voie de la commune à être pavée et à disposer de bornes fontaines pour approvisionner les habitants en eau potable. De nombreux commerces y sont installés : boulangerie, boucherie, épicerie, graineterie, maréchal-ferrant, tonnellerie, horlogerie, quincaillerie, mercerie, librairie...

Après la Seconde Guerre mondiale, la rue prend le nom de Gabriel Péri afin de rendre hommage au député communiste d’Argenteuil et résistant, fusillé par les Allemands le 15 décembre 1941 au Mont-Valérien.
La rue fait l’objet d’une rénovation complète entre 2016 et 2018.

>> Découvrir l’article complet consacré à la rue Gabriel Péri dans le Cormeilles Mag n°246 (février 2021), p.5.

 

 

Repères: 

⇒ Déplacez le curseur vers la gauche ou vers la droite pour découvrir la rue d'hier ou d'aujourd'hui.